Les Condors - Club Ecole de parapente et paramoteur
Ancien Site
Qu'y a-t-il de plus beau qu'un oiseau libre qui vole vers le soleil ?
[Jean Van Hamme]

mécanique du virage en parapente


Dans cet article, nous allons voir, outre quelques généralités sur les virages en parapente, les trois axes fondamentaux : roulis, lacet roulis inverse ainsi que les 360° et le facteur de charge


  • Généralités

  • Les 3 axes fondamentaux

  • Les 360°

  • Facteur de charge



Généralités


Avant tout virage, pensez toujours à prendre un peu de vitesse. En effet, lorsque vous virerez l'aile va ralentir et si vous n'avez pas une petite réserve de vitesse vous risquez de décrocher. Cela peut arriver même à 20 km/h suivant le degré d'inclinaison.
position des freins en virage
Pour accélérer, le pilote a les bras tout en haut, il est alors à la vitesse maximale de la voile (Fig. 1). En général on vole les mains aux oreilles. Pour un virage léger, après avoir pris un peu de vitesse on baisse un bras à un peu plus bas que la hauteur des oreilles (Fig. 2). Si vous descendez un frein à hauteur de l'épaule, vous allez vous mettre à décrire un large cercle qui deviendra un 360° s'il est maintenu jusqu'au point de départ (Fig. 3). On peut encore accentuer la vitesse de rotation en baissant le frein plus bas. Attention toutefois car si vous descendez à hauteur de la hanche, vous risquez de vous retrouvez sur la tranche voire de décrocher (Fig.4). Bref,pour virer, relevez d'abord les deux mains afin de prendre de la vitesse et ensuite seulement abaissez la main correspondante au sens du virage voulu suivant et à la hauteur selon l'intensité recherchée. Lorsque l'on se trouve déjà mains aux oreilles ou épaules en vol droit, vous pouvez aussi relevez simplement la main du côté opposé au virage désiré.


Les trois axes fondamentaux



Le lacet

La rotation s'effectue autour d'un axe vertical. Phénomène aérodynamique dû au bord de fuite rabattu, creusant le profil en ralentissant l'aile du côté de l'inclinaison. L'aile tend à pivoter autour d'un axe vertical fictif dénomé axe de lacet.
Résultat : l'aile dérape mais ne change pas vraiment d'inclinaison.
En pratique : bien que difficile à trouver en parapente, considérez que vous le trouverez en descendant vos deux mains aux épaules et en vous penchant à l'intérieur du virage, corps et tête. Il faut entendre par là que votre tête se met en arrière des élévateurs pour ensuite se pencher côté virage. Vos jambes se croiseront, la fesse, côté extérieur au virage se soulèvera et la jambe extérieure au virage passe sur l'autre, côté intérieur au virage. Cette technique vous permet de virer le plus à plat possible. Intéressant pour négocier les virages dans les thermiques. axe de lacet

Le tangage

La rotation s'effectue autour d'un axe horizontal droite-gauche. Littéralement, balancement d'avant en arrière.
En pratique : Le but de la manoeuvre étant de faire évoluer son parapente d'avant en arrière, il faut remonter les mains tout en haut pour prendre de la vitesse et ensuite, descendre les mains jusqu'aux épaules pour avoir la sensation de certaines attractions de Walibi. Soyons plus sérieux, la recheche de la phase dite de tangage vous apprend ce qui va se passer dans certaines conditions thermiques que vous rencontrerez tôt ou tard. Cet exercice permet également de connaître la plage de vitesse de votre voile. Les premières fois, faites le en douceur puis après quelques essais, faites le de façon plus dynamique, rapidement avec ampleur, sans oublier entre chaque mouvement de bien marquer un léger temps d'arrêt afin de reprendre de la vitesse. axe de tangage

Le roulis

La rotation s'effectue autour d'un axe horizontal avant-arrière. Déséquilibre occasionné par le poids du pilote. L'aile bascule autour d'un axe horizontal central fictif appelé axe de roulis.
Résultat : l'aile change de trajectoire mais en glissant. Une bonne aile aura comme caractéristique de bien coordonner le virage grâce à un bon dosage des mouvements de roulis et de lacet.
En pratique : D'abord remontez les commandes en haut afin de prendre de la vitesse pour ensuite en abaisser une, pour virer. Ensuite retour au neutre, mains hautes pour repartir dans l'autre sens, avec l'autre commande, et la même intensité si possible. L'idéal est de revenir sur son axe de départ à chaque fois. axe de roulis

Le roulis inverse

Même phénomène que le roulis mais inversé car il s'oppose au mouvement voulu. A vitesse moyenne-rapide, le fait de tirer légèrement sur un frein aura comme conséquence d'augmenter la portance du côté concerné ce qui aura tendance à faire basculer l'aile du côté opposé à celui voulu. Se déplacer dans la sellette vers l'intérieur du virage combattra cet effet. A vitesse lente, le fait d'enfoncer plus fort une commande de frein à l'intérieur du virage aura pour effet, à très basse vitesse, de se tranformer en vrille à plat. Attention au modèle à grand allongement dont les deux extrémités de l'envergure affichent un important différentiel de vitesse et qui peut se traduire par une fermeture latérale pouvant amener à la mise en autorotation de la voile.
Pour plus d'infos sur les vrilles, autorotation..; consultez notre BABA n° 2 disponible au club pour 4 ?.


Les 360°


Serré ou centrifugé.


En pratique : Pour arriver à cette situation de virage équilibré, c'est-à-dire effectuer plusieurs 360°, il faut savoir que le parapente en plus du poids et de la RFA (résultante de forces aérodynamiques) se trouve soumis à la force centrifuge. Avant d'entamer cette configuration de vol, veillez à prendre de la vitesse afin d'éviter de passer en vrille. Il suffira donc, suivant votre progression, à tout doucement enfoncer de plus en plus fort une commande afin de "serrer" vos 360°. Dans un premier temps, il faudra ralentir l'aile en cadençant le virage, en freinant légèrement à l'extérieur du virage tout en maintenant tirée la commande de frein à l'intérieur du virage. S'il y a problème (décrochage), relâchez doucement les deux commandes vers le haut, l'aile reviendra à une position normale.
Dangers : attention, les 360° serrés présentent certains risques, il faut toujours les faire avec une hauteur suffisante sans oublier que l'on risque, après perte d'altitude de ne plus savoir rejoindre le terrain d'atterrissage. Un pilote, lors d'un test d'essai de voile, a même perdu connaissance un bref laps de temps. Seule la hauteur et son expérience lui ont permit d'ouvrir à temps son parachute de secours. Il faut également bien régler sa sellette surtout la ventrale, trop lâche elle peu rendre un 360° très instable.


Le facteur de charge


L'augmentation du poids apparent explique l'enfoncement en virage. Le pilote pesant 80 Kg pèse plus lourd. C'est ce qui explique que les sangles sont plus tendues, les commandes plus dures. Une aile de parapente doit pouvoir encaisser des facteurs de charge avec un coefficient de 6. Cela signifie qu'une aile doit résister à 6 fois sa charge habituelle. Attention, c'est capital en aéronautique. Pour information, un parapente décrochant à 20 km/h en vol droit, décroche à 22 km/h en virage à 45° et à 28 km/j au treuil sous une force de 100 Kg.